Echarpe tricolore

Le terme de « maire » est issu du terme latin major. Dès le Ve siècle, le major était une sorte d’intendant chargé de la direction d’une exploitation. Par analogie, l’appellation s’est transmise à la personne, généralement nommée puis élue à partir de 1789, qui administrait un village ou une ville et le terme a subsisté pendant tout l’ancien régime.

 

 

À la suite de la Révolution la première loi municipale est votée le 14 décembre 1789. Chaque communauté d’habitants, les anciennes paroisses, élit alors un corps municipal présidé par un maire qui avait surtout un rôle honorifique puisque c’était au corps municipal et non au maire qu’il appartenait de gérer collégialement les affaires de la collectivité et d’assurer la police. Pour preuve, la loi du 20 septembre 1792 sur l’état civil prévoyait que l'on nommât dans chaque municipalité un officier public "pour recevoir et authentifier les actes destinés à constater les naissances, mariages et décès des citoyens". Ainsi les fonctions de maire et d’officier public étaient distinctes. De plus un procureur de la commune, élu comme le maire au scrutin individuel par l’assemblée des électeurs, avait pour mission " de défendre les intérêts et de poursuivre les affaires de la communauté ". Enfin dès 1793 la  désignation dans chaque commune d’un agent national chargé de " surveiller les communes et l’application des lois " affaiblissait encore la fonction de maire. La loi du 22 août 1795 fait même disparaître temporairement le terme de maire, il est alors remplacé par un agent municipal qui participe à la municipalité cantonale.

C’est la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800), complétée par l'arrêté du 2 pluviôse an IX, qui rétablit définitivement la fonction de maire avec un rôle comparable à celui que nous lui connaissons aujourd’hui avec une double fonction d’agent de l’État, sous l’autorité du Préfet, et d’administrateur de la commune.

La légitimité va être renforcé par le suffrage universel à partir de 1884.

Source :  Exposition virtuelle Le maire au fil du temps sur le site de l’Association Départementale des Maires du Territoire de Belfort www.cdg90.fr/ADMF

 

 

Liste des maires successifs

 

Les archives étant éparpillées et incomplètes, il est difficile de dresser une liste complète et fiable des maires de Gauriac. Cet article est donc en chantier, toutes les contributions étant les bienvenues.

 

Jean ROUX (Officier public) 1793

 

Sébastien MORIN (Officier public) 1793 - 1795

 

Antoine COUSTEAU (Officier public) 1795 - 1798

 

Jean ROY (1799 ?) 1800 - 1812

Nommé le 14 prairial  an VIII (25 mai 1800) il démissionne le 4 août 1812 pour cause d'infirmité. Il propose alors trois remplaçants au sous-préfet de Blaye : Charles PRADE, 39 ans, capitaine au long cours ne navigant pas, 240 francs d'impôts ; Augustin CHAMBORD, 41 ans, propriétaire, 56 francs d'impôts, Pierre LANDARD, 37 ans, serrurier, 55 francs d'impôts.

 

Augustin CHAMBORD 1812 - 1815

Le 14 août 1812, le préfet nomme Charles PRADE mais celui-ci refuse la charge de maire. Il est remplacé par Augustin (?) CHAMBORD par arrêté préfectoral du 15 septembre 1812 puis confirmé dans sa charge le 25 janvier 1813. Il démissionne le 21 mai 1815, ses occupations ne lui permettant plus d'assurer sa charge de maire.

 

Pierre LANDARD 1815 - 1823 (?)

En 1815 les maires et adjoints ne sont plus nommés,. Pierre LANDARD est alors élu par les conseillers par 16 voix sur 27.

 

On ignore le détail des modifications intervenues pendant la Restauration (de la chute du Premier Empire le 6 avril 1814 à la révolution des Trois Glorieuses le 29 juillet 1830)

 

Charles PRADE 1823 (?) - 1831 (?)

En 1831 (?) le maire, Charles PRADE, qui avait déjà refusé la charge en 1812, donne sa démission.

 

Augustin CHAMBORD 1831 - 1840 (?)

 

Jean VIAUD 1840 (?) - 1848 (démission le 29 mars 1848)

 

Numa CHAMBORD 1848 - 1852

Numa CHAMBOR (CHAMBORD ?) est nommé maire provisoire par arrêté préfectoral. Il est  ensuite élu maire le le 28 août 1848 après les élections au suffrage universel du 29 juillet.

 

Clément VIAUD 1852- 1860

 

Jean-Olinde BARRIL 1860 - 1872

 

Clément VIAUD 1872 - 1874

 

Antoine SOU 1874 - 1875

 

Auguste CHARLOT 1875 - 1876

 

Jean VIAUD 1876 - 1878

 

Jean-Clément VIAUD 1878 - 1879

 

Jean-Théodore LARGETEAU 1879 - 1886

 

Martin LANDARD 1886 - 1892

 

Théophile GOUJON 1892 - 1902

 

Eugène LAMIT 1902 - 1908

 

Hippolyte GAILLARD 1908 - 1918

 

Philippe TilhetPhilippe TILHET (1870 1953) 1918 - 1925

- Construction du monument aux morts.
- Prime de naissance de 300 francs à partir du quatrième enfant aux familles gauriacaises.

 

 

Louis REGNIER 1925 - 1930

 

Eugène CHARLOT 1930 -1930

 

Pierre ROUX 1930 - 1933

 

Edmond MAGNANOU 1934 - 1936

 

Louis REGNIER 1936 - 1969

 

André GRENIER 1969 - 1977

 

André BERTAUD 1977 - 1979

 

Jeannine PouilheJeannine POUILHE 1979 - août 1987

- Aménagement de la mairie.

 

 

 

Albert SimonAlbert SIMON 1987 - 1989

 

 

 

 

Michel SourgenMichel SOURGEN 1989 - 1995

- Déminage du Mugron.
- Rénovation partielle de l'école.
- Aménagement de la bibliothèque municipale.
- Reconstruction de l'immeuble Duong.
 

 

Albert SimonAlbert SIMON 1995 - 2001

- Aménagement de Francicot.
- Aménagement de la cantine scolaire.
 

 

 

Henri Robert BaldèsHenri Robert BALDÈS 2001 - 2014

- Confortement du sous-sol de huit maisons à Perrinque.
- Aménagement de la salle de La Gabare.
- Rénovation du gymnase.

 

 

Raymond RodriguezRaymond RODRIGUEZ 2014 - ...