L'estuaire

Le village était autrefois divisé en deux. Le village du haut, sur le plateau, siège d'activités terriennes comme l'agriculture ou l'exploitation de la pierre, et le village du bas, le long de la Corniche de la Gironde tourné vers l'estuaire et la marine. On dit que les deux ne se fréquentaient guère, chacun vivant chez soi.

Pêcheurs, bateliers, marins embarqués pour des destinations lointaines mais aussi chantiers navals, dépôt de pétrole, les activités liées à l'estuaire étaient nombreuses.

Dès 1820, l'essentiel du trafic passagers est assuré, sur l'estuaire, par des bateaux à roues à aubes, mues par la vapeur. D'abord réservé à la riche clientèle des bourgeois bordelais et des propriétaires médocains, ce mode de transport s'est considérablement démocratisé.

La Gironde, qu'on appelle ici "la rivière", est le plus grand estuaire d'Europe, le plus long, environ 80 kilomètres, et  le plus large, 13 kilomètres en face de Saint Estèphe. Elle part du Bec d'Ambès pour arriver à Royan. L'archipel formé par les îles se situe dans son premier tiers, à peu près jusqu'à Pauillac.

À la mort de son père, Jacky POUGET, quitta la champignonnière où il travaillait en famille. Il avait 16 ans et choisit d'être pêcheur, métier qu'il effectua pendant 50 ans. L'un des derniers pêcheurs de Gauriac, nous livre quelques uns de ses souvenirs.

Le 18 novembre 1906, les propriétaires de l'île du Nord demandent la création d'une École publique mixte sur l'île ; ils sont prêts à céder du terrain pour cette construction. Jusque là, les enfants de l'île doivent, pour aller à l'école communale, soit traverser le fleuve tous les jours, soit être placés dans une famille sur le continent, ce qui est difficile à trouver et coûte très cher. Le Conseil municipal est favorable.

Le long de la corniche de la Gironde, à Furt, près du restaurant, une épave dépasse de l'eau, même à marée haute. Il faut l'avoir vue un petit matin d'automne, quand elle se détache dans la brume qui recouvre à la fois l'île, l'eau et la route. Le Frisco, bateau fantôme, garde le secret de son histoire. Il est là depuis août 1944, suite à son sabordage par la marine allemande.Trois Gauriacais nous racontent, chacun à leur manière, cet évènement.

Le 28 février 1903, l'Amicitia jette l'ancre devant Marmisson, à 400 mètres du rivage, son tirant d'eau ne lui permettant pas d'accoster. Ce trois mâts barque en acier, construit en 1885, jauge 1 113 tonneaux et bat pavillon hollandais. En provenance de New-York il transporte 7 262 fûts de bois contenant de l'essence de pétrole destinée aux usines Fenaille et Despaux, Deutsch et Cie, Desmarrais frères.

Gironde désigne à la fois l'estuaire et le département. D'où vient ce nom ? Les explications ne manquent pas.

Cela ne date pas d'hier. L'Éducation nationale a l'habitude de nommer des enseignants débutants sur les postes réputés les plus difficiles. Parfois, mais c'est rare, l'aventure peut s'avérer enrichissante, trois enseignants retraités nous racontent leur immersion en vase clos.