Le site a été occupé comme port dès l’époque romaine, puisqu’à son sommet se trouvait la seconde villa gallo-romaine de la commune. L’intérêt du site était double. D’une part grâce à la Roque elle-même, ce pan de falaise massif qui offrait un repère excellent pour la navigation sur l’estuaire et permettait naturellement de surveiller cette navigation. D’autre part grâce à l’embouchure de Grenet sur la Gironde, il était facile d’aménager un port juste au pied de la falaise.

 

 Roque de Thau au XVIIe siècle

 

 

 

 

Roque de Thau au XVIIe siècle

 

 

Roque de Thau et Bourg au XVIIe siècle

 

 

 

 

Roque de Thau et Bourg

Dessins de Hermann Van der Hem (milieu du XVIIe siècle)
Dessinateur Hollandais - Source : gallica.bnf.fr

 

Le site a été occupé comme port dès l’époque romaine, puisqu’à son sommet se trouvait la seconde villa gallo-romaine de la commune (la première qui a donné le nom du village se situait au lieu-dit La Couture), qui était probablement la plus importante. L’intérêt du site était double. D’une part grâce à la Roque elle-même, ce pan de falaise massif qui offrait un repère excellent pour la navigation sur l’estuaire et permettait naturellement de surveiller cette navigation. D’autre part grâce à l’embouchure de Grenet sur la Gironde, il était facile d’aménager un port juste au pied de la falaise.

 

 Chargement de pierre au port de Roque de Thau

 

 

 

Roque de Thau :
bateaux chargeant des pierres pour la Pointe de Grave
(début du XXe siècle)

 

Ce port continuera à prospérer au Moyen Âge. C’est ce qui justifiera la construction du château de Thau, l’un des plus importants du Bourgeais et qui prenait en quelque sorte le relais de la villa gallo-romaine.

Par la suite c’est le déclin, l’embouchure du Grenet se réduit jusqu’à devenir la mince rivière que nous connaissons aujourd’hui et localement Blaye et Bourg vont progressivement jouer des rôles portuaires et politiques plus importants. L’actuel lieu-dit de Roque de Thau ne constitue donc plus que les maigres traces d’un port à la fois ancien et important. 

 

Florian RODRIGUEZ
Le Journal de Gauriac n° 67 (janvier 2006)